2022 #7 Enlèvement

Mon amour,

Il y a tant de choses que j’aimerais t’écrire.

Nous sommes différents, toi et moi. Jusqu’ici, cela n’avait pas posé problème. Nous connaissons les limites entre être et faire, entre le déterminisme et le libre-arbitre, nous savons nous écouter, apprendre, comprendre. Notre langue respective a évolué et nous pouvons aujourd’hui nous exprimer avec aisance. Nous avons du respect l’un pour l’autre. Tout cela est menacé.

Les sentiments n’aident pas à y voir clair. Notre histoire est banale, celle de deux personnes de d’origine presque opposée qui se sont trouvées et aimées. De Roméo et Juliette avec leurs clans rivaux, aux romances hollywoodiennes en passant par la plupart des histoires à l’eau de rose, la barrière à surmonter est bien souvent celle des habitudes prises au fil des ans pendant l’enfance.

Alors, pourquoi espérer que notre relation soit facile ? Que nous familles s’entendent ? Que nous arrivions à asseoir tout le monde autour d’une table et à savourer notre bonheur ? Ce ne sera pas le cas – à moins d’un miracle. Je préfère préparer le pire en espérant le meilleur.

Et le pire, c’est la fuite, loin des nôtres, là où ils ne pourront pas nous retrouver. Loin de leurs conflits, de leurs attentes, de leurs agissements soit-disant pour nous protéger, mais en réalité pour nous garder sous leur contrôle. Peut-être, qu’après avoir accepté que nous vivions ensemble, loin, seuls, accepteraient-ils également de nous revoir sans chercher à nous changer ou à rompre notre lien.

Tout cela, tu le sais déjà, nous en avons parlé. Mais de le voir écrit, mot après mot, peut rendre la conclusion plus logique, plus évidente.

À la manière des anciens princes ou amants, je te propose de t’enlever.

Ce ne sera pas un lit de roses, ni une petite maison dans la prairie. Nous galérerons pour tout, pour nous loger, pour trouver un travail, sans relation, sans ami.

Mais j’ai foi en nous. Nous pouvons recréer notre monde. Nous pouvons nous préparer. Si nous souhaitons vivre le meilleur, nous devons préparer ce meilleur.

Ton cher, et futur mari,

C.