La maison

Il fait frais, il fait bon
La maison se repose
Dans le jardin je découvre
Une fleur sous mes bonds
Je volette et sautille
Certain de mon effet
J’enlace la jonquille
Baise son air défait

Il fait frais, il fait bon
La maison soudain close
Se dévêt pour la nuit
Au lueurs des bougies
Je soupire et murmure
Les coussins de velours
Épousent les parures
De l’amante au corps gourd

Il fait frais, il fait bon
La maison m’indispose
Je rêve d’outre-mer
Le présent m’indiffère
Je marchande en moi-même
Des passés à prix d’or
Des futurs chrysanthèmes
Des pensées au-dehors

Il fait froid, il fait seul
La maison est morose
Les souvenirs frivoles
Me semblent si lointain
J’ai fermé les volets
Repoussé tous les murs
Le miroir se défait
Que mon reflet est dur
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s