Bleu pur

La pluie crépite doucement sur la fenêtre.
Je lève les yeux vers un ciel
Avalé par la nuit,
Le froid promène ses doigts fins dans les rues.

Le thé m’emplit de sa vapeur.
Un livre à la main,
Du jazz en sourdine,
Je vagabonde depuis mon canapé
Parmi les minutes discrètes.

J’ai longtemps repoussé
Les limites du monde,
Assoiffé de nous découvrir.

Et savoir que respirent dans la maison
Mes enfants et ma femme,
M’emplit un instant
De l’illusion d’un bonheur éternel

J’ai bordé mes rêves acajou
Dans le grand lit de l’oubli
En échange de cette Foi.

À l’aube,
Les pavés brillants
Reflètent le bleu pur de l’espoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s