Frotter n’est pas jouer

Contrainte : placer « désir, rhinocéros, boutique, surligner, évidence » ; texte < 2500 caractères

Le génie prit une voix caverneuse.

– Tu as choisi ton vœu ? Trouvé en toi le désir le plus profond ?
– Vous pouvez exaucer n’importe lequel ?
– J’ai de tout en boutique : babouches, femmes, ministère… Demande et tu l’obtiens.

C’était un peu trop beau pour être vrai. Jiminy Cricket sauta sur mon épaule.

– Je ne parlerai pas cette fois-ci, je te laisserai faire.
– Tant mieux ! Je me débrouille très bien tout seul, marmonnai-je. Je vais demander quelque chose de grand, pur et noble. La paix dans le monde, par exemple.
– Entre les hommes ?
– De toute évidence.
– Dis-le, alors, que tu ne retrouves pas avec des chats faisant ami ami avec des rats. Ça serait embêtant pour tous les carnivores en général.
– Tu as raison, bredouillai-je… heureusement que tu es là !
– Et, ajouta ma conscience, précise aussi la plage temporelle ! Autrement tu pourrais modifier le cours entier de l’histoire ! On ne sait pas à quel point ces génies sont tordus.

Il n’avait pas tort. Mon voisin avait demandé une maison de rêve à un génie, il s’était transformé en Ken en plastique dans une maison de poupée. Sa femme avait pris la chose très simplement : elle avait davantage de place pour entreposer ses paires de chaussures, plus besoin de déménager.

– Génie, je souhaite que la paix règne entre les hommes à partir de maintenant et pour les temps à venir.
– Non. Le vœu doit tenir en moins de 70 caractères. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et surtout concisément.
– Tu aurais pu préciser avant !
– Oh, tant que j’y suis, tu n’as plus que vingt secondes pour choisir ton vœu, sinon cette lampe magique s’autodétruira et toi avec.

Je pouvais commencer à paniquer.

– Jiminy, une idée, aide-moi !
– Rhinocéros !
– Quoi ?
– J’ai dit un mot qui me passait par la tête, c’est tout.
– C’est malin.

Surtout, ne pas penser à un rhinocéros. Fermer les yeux. Des lettres s’affichent. Ne pas surligner le r-h-i-n-o-c-é-r-o-s. Je vois quelque chose de gros… de gris… avec des petits yeux… une corne… ne pas penser à un rhinocéros !

– Dix secondes, fit le génie.
– Il n’y a qu’une solution, fit Jiminy.

Il s’étrangla avec ses mains. Libéré de son surmoi, mon esprit fourmilla instantanément de désirs refoulés.
De l’argent, la jeunesse éternelle, du sexe, des voitures de course, du sexe, un château, un yacht, un avion de chasse, un voyage dans l’espace, du sexe…

– Trois secondes !
– Je veux un rhinocéros !

Quelque chose de gros, de gris, avec des petits yeux et une corne. Qui tombe sur moi, très vite. Et puis le trou noir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s