En trois temps (2ème partie)

La rivière de sons
Emportait ma pirogue
Vers un morceau en vogue
Où brillait l’horizon.

Les mots ne disaient rien
Car ils étaient murmures,
Voiles d’émotion pure
Couvrant les musiciens.

Et les frissons frimas
Par-dessus l’herbe froide
Épousaient l’amour roide
Dans les flots des vivats.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s