Câlin

Texte pour une jolie demoiselle du nom d’Élisa.

Pourtant, nous sommes vieux, personnages matures.

Le soleil nous portait vers les feux de midi.
Après un coucher tard, nous jetions en pâtures
La promesse de l’aube à l’alcool érudit.

Notre bouche pâteuse et nos membres de glace
Cachaient un dos cassé par le canapé dur.
Un seul parmi nous quatre avait de la place
Celui dans la baignoire au milieu de ses murs.

Quelque chose de beau colore l’atmosphère
Un frisson partagé puis la chaleur des corps
Réunis en tas gauche à la vie éphémère
Nos vingt doigts se trouvant dans un parfait accord.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s