Un goûter au soleil

Petite poussière orangée au possible ;
Des livres en tas sur le parquet brillant ;
La porte vitrée, ouverte ; l’indiscible
Caresse du jour dont le port est seyant.

La voiture atterrit tout contre une chaussure
Et le fauteuil avale un avion bimoteur.
On entend survenir, la langue à l’embouchure,
Une assiette sucrée égrenant les senteurs.

Regard penché, perplexe, au-devant de frimousses
Dont les cheveux frisés sont encore bien ras.
Où s’est enfuit le temps séparant de ces mousses
Un marin grisonnant sur son navire ingrat ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s