Saisons

La neige tombe, elle contamine
Mon petit champ d’or délicieux,
J’aime toucher le ciel étamine
Pour enfanter l’air malicieux

Flottant sur mes mots au gré des cascades.
Ma trace de blanc le long du chemin
Sillonne un pays qu’on nomme escapades :
Mes rêves de fleurs pour un lendemain

Couleur abricot, jaune mêlé d’orange.
Je craque l’écorce entre mes doigts lascifs,
Émiette les brins dans le blond de la grange,
Mâchonne des vers à l’ombre des massifs

Les pieds dans le soleil et la tête aux nuages.
Je regarde la feuille écourter son séjour
Au bout de la ramure, et finir sans ambages
Sous mes pas guillerets : les mûres voient le jour.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s