Shopping

Avant, je mettais des notes sur 10. Mon but était bien évidemment de garder un œil sur les personnes recevant la note la plus élevée. Quoiqu’on dise, les gens sont toujours jugés sur les chiffres. Ça commence sur les bancs de l’école, avec le nombre de cartes pokémon, puis les ados continuent avec la longueur d’un certain membre, la quantité de petites amies. Maman avait raison, pour une fois…

À cause du nombre grandissant d’évaluations, par souci de précision, j’ai ajouté deux chiffres après la virgule. Suis passée aux notations sur 1000. Plus facile à retenir et simple à transformer en pourcentage, et plus classe aussi. Je me rapproche de mon but.

J’ai rendez-vous avec Jérémy-897. Il est dans mon top 3. Hier, il m’a parlé de voyages. Thème banal, ça commençait mal. Puis sa voix s’est transformée, ses gestes ont pris de l’amplitude, il s’est métamorphosé en conteur. Ses périples narrés d’une façon tellement… romantique. Je me penchais avec lui à la balustrade de ces paquebots, chassais dans les réserves australiennes, écoutais ces sages des villages africains. Ah, partir au loin ensemble…

Baisser les paupières et se concentrer sur un souvenir, ça donne un charme fou, mais rien de tel pour se faire percuter par un homme dans la rue ! Surprise, je tombe en arrière, faisant de grands moulinets avec mes bras pour garder un semblant d’équilibre, mais il n’y a aucune prise à portée de main. D’instinct, mes yeux se ferment. Mes coudes se replient pour amortir l’impact du choc sur mon dos, mais la secousse n’arrive pas. Je sens plutôt une présence chaude me maintenir au niveau des épaules, ça n’empêche pas mes jambes de se dérober, je finis sur les fesses.

Mes yeux s’ouvrent : la personne qui m’avait bousculée a tenté de me rattraper. Gentil de sa part. Voyons, 500 moins 100 pour le fait de m’avoir poussé égale 400 plus 150 pour le sauvetage presque réussi égal 550. Bien. Je relève la tête, lui souris.

– Ça va madame, pas trop de mal ?

Horreur, une odeur d’ail ! Il ne s’est pas lavé les dents ou quoi ? C’est un porc ! – 75 = 475. Je prends le temps de le dévisager un peu. Il porte des lunettes. On s’en fout. Un grain de beauté près de la commissure des lèvres. On s’en f… ok, -7 = 468, je ne supporte pas trop ce genre d’imperfections quoique j’en dise. Pas très grand. -25 = 443. Pas terrible tout ça. Ah, il a une quarantaine d’années, pourquoi est-ce que je ne l’ai pas vu plus tôt ? Voyons, d’un côté il a sans doute de l’argent et de l’expérience en matière de sexe mais il est peut-être stressé et dans tous les cas, vu la différence d’âge, moralement pas très sortable. Statut quo pour le moment.

– Rien de cassé, merci à vous.

Je crois avoir pris un ton un peu hautain. Pas grave, il n’est pas terrible et puis Jérémy – deux fois plus de points au compteur ! – m’attend. Il n’y a pas photo, vraiment. Fuyant le regard du type, je baisse les yeux et observe ses vêtements. Des chaussures un peu démodées. Une montre en plastique au poignet. Aie, -30 = 413. Un costume usé qui ne lui va très bien, il ne sait pas choisir ceux avec une coupe correcte ou quoi ? -50 = 363. Un vieux schnock, oui !

– J’étais pressé, mais je crois que mon entretien d’embauche est loupé maintenant, le dernier train vient de partir. (Un chômeur ? -100 = 263. Une pauvre merde.) Enfin, je ne pouvais pas vous laisser tomber, ça vaut bien tout l’or de leur boîte.

Attend voir, une blague, un soupçon de romantisme, une pointe d’auto-ironie ? Si ça se trouve, je me suis complètement trompée sur son compte, c’est un mec sympa qui vit d’une façon frugale et sait profiter de l’existence. Il faut l’inciter à parler afin d’en savoir plus.

– Suis-je vraiment si belle que ça ? (question piège, on va voir comment il s’en sort)
– Franchement pas terrible. Votre sac. Vous avez du l’acheter à un chinois dans la rue, non ? Votre main est pas mal, elle a l’air douce. Votre poignet honnête, fin et droit. Votre bras élégant et élancé. Votre épaule affiche une courbure magnifique. Votre cou blanc… et votre visage… je dirais oui, en définitive, vous êtes belle.

Waou. C’est la première fois qu’on me répond comme ça. De l’humour, c’est sur. Je sens quelque chose. Plus de notes possibles, il faut fonctionner à l’intuition. En même temps, j’ai une légère angoisse. Son ton n’était-il pas un peu conventionnel ?

Il s’approche. Lentement. Il regarde ma bouche. L’ail ! Non, dégage ! Trop tard, il m’a prise entre ses bras, j’étouffe !

– Alors poupée, on veut alpaguer des hommes murs ? Héhé, je vais t’en montrer un, moi… viens dans ce coin.

Il me pousse et en quelques pas nous nous trouvons dans une ruelle. Pourquoi n’y a-t-il personne ? Au secours ! Quelqu’un ! Ma bombe au poivre, vite ! Trop tard, il a refermé ses doigts gluants sur mes poignets, se colle à moi. Je ne peux plus bouger, et j’ai peine à respirer. Il frotte ses lèvres grasses contre les miennes, bavant de contentement. Non… je ne veux pas en voir davantage, c’est trop, pitié.

Bong !

Le monstre s’écroule, roule dans le caniveau. J’écarquille les paupières, il y a trop de lumière. Je lève la main. Une forme à contre jour… Jérémy ! Mon sauveur. Je, heu, je… +80 = 977 ! L’homme idéal ! Ma longue quête d’un mois est enfin terminée, c’est avec lui que je dois me marier ! Il me prend dans ses bras, je tiens à peine sur mes jambes après avoir été agressée par le zéro intersidéral.

Il me serre contre lui. Je tremble. Je lève la tête, cherche sa bouche. Il me regarde, sourit puis chuchote de sa belle voix grave :

– Écoute, je dois t’avouer quelque chose.

Il m’aime, il va faire sa déclaration. Si galamment ! + 20 = 997, le comble du bonheur !

– Je suis gay.

Gay.
Gay.
G… Noooooooooonnnnnnnnnnnnnnn !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s